L’ acte transfusionnel

L’acte transfusionnel est réalisé :

  • par les médecins

Ou sur prescription médicale par :

  • les sages femmes
  • le personnel infirmier.

IMPORTANT !

Chaque fois que cela est possible, le prescripteur réalise l’information éclairée et tracée du patient sur l’éventualité de la transfusion. Il recueille son accord.

En cas de refus de la transfusion, celui-ci est enregistré dans le dossier transfusionnel.

ETAPES DE L’ACTE TRANSFUSIONNEL IL EST CONSIDÉRÉ SEPT ÉTAPES IMPORTANTES :

  • Etape 1 : la demande d’examens IH
  • Etape 2 : la demande de PSL
  • Etape 3 : la réception des PSL
  • Etape 4 : les modalités de conservation des PSL dans l’unité de soins et quantité à transfuser
  • Etape 5 : la réalisation de l’acte transfusionnel
  • Etape 6 : la traçabilité et documentation
  • Etape 7 : la C.A.T. devant un incident transfusionnel.

ETAPE 1 : LA DEMANDE D’EXAMENS D’IMMUNO-HEMATOLOGIE

Toute demande d’examens IH inclut :

  • LA PRESCRIPTION MEDICALE DES EXAMENS doit comporter :
    • L’identification du patient :
      • le nom de naissance, usuel/marital,
      • prénoms,
      • sexe,
      • date de naissance,
      • et le numéro identifiant (s’il existe)
    • L’identification et la signature du prescripteur,
    • La date,
    • Les examens demandés : groupage ABO RH1+ Phénotype Rh Kell et RAI.

NB : des renseignements cliniques et biologiques (joints sur une feuille de suivi confidentielle) peuvent être nécessaires.

  • LES PRELEVEMENTS SANGUINS IDENTIFIÉS
    • Le bon de commande doit comporter : nom, prénom, qualité et signature du préleveur, date et heure du prélèvement, nombre d’échantillons biologiques.
    • Les deux prélèvements effectués à deux moments différents doivent être identifiés :
      • par une étiquette apposée sur le tube (ne pas coller les étiquettes à l’avance),
      • par des vérifications des mentions sur l’étiquette (demander au patient son identité, faire relire l’étiquette par le patient dans la mesure du possible, confronter les renseignements -dossier, famille, entourage.),
      • et par le respect d’une procédure (interne) d’identification.
  • LES MODALITES D’EXPEDITION AU LABORATOIRE

Une procédure interne permet de formaliser l’expédition de la demande et des échantillons selon les règles en vigueur.

  • LES MODALITES DE RECUEIL DES RESULTATS

Une procédure interne indiquera les modalités de recueil des résultats.

ETAPE 2 : LA DEMANDE DE PSL

  • L’ORDONNANCE DES PSL
    • Renseignements généraux :
      • Date de la prescription,
      • Identification et signature prescripteur,
      • Identification de l’ES et du service,
      • Identification du patient :
        • le nom de naissance, usuel/marital,
        • prénoms,
        • sexe,
        • date de naissance,
        • et le numéro identifiant.
    • Type et quantité de PSL :
      • Pour les plaquettes, indiquer :
        • le poids du patient
        • et la numération plaquettaire.
      • Pour les PFC : respecter les indications.
        • Date et heure de la transfusion ainsi que le degré de l’urgence.
        • L’ordonnance doit être accompagnée des documents de groupages (valides) et des résultats de la RAI
        • ou à défaut de la demande d’examens et des prélèvements sanguins.
  • LE TRANSPORT DES PSL
    • Le transport des PSL vers l’ES sera réalisé selon les bonnes pratiques (BP) de transport.
  • DES PROCEDURES SPECIFIQUES A L’URGENCE VALIDEES
    • « Il convient que les établissements de santé et les sites transfusionnels précisent les modalités à mettre en place pour répondre au mieux à l’urgence » (Recommandations AFSSaPS Août 2002) pour :
      • L’urgence vitale immédiate : pas de groupe ni de RAI si non disponibles, O négatif (ou positif), sans hémolysines, délivrance sans délai.
      • L’urgence vitale : pas de RAI si non disponible, nécessité de groupe conforme, délai de la délivrance inférieur à 30 minutes.
      • L’urgence « relative » : nécessité de groupe et RAI conformes, délai de la délivrance de 2-3 heures.

ETAPE 3 : LA RECEPTION DES PSL

  • LA VERIFICATION DE LA DESTINATION DU COLIS
  • LA VERIFICATION DE LA CONFORMITE DU COLIS
    • le nombre de colis,
    • l’intégrité du ou des colis,
    • les conditions d’hygiène,
    • les conditions de transport :
      • Délai,
      • Température.
  • LA VERIFICATION DE LA CONFORMITE DES PRODUITS LIVRES
    • la concordance des PSL avec la demande,
    • le nombre et la nature des PSL,
    • les qualifications des produits,
    • l’aspect et l’intégrité des PSL,
    • les dates de péremption,
    • la concordance des identités patient : identité Fiche de délivrance FD = identité prescription.

Ces contrôles peuvent être formalisés sur un document comprenant une liste d’items.

En cas d’anomalie, tout en respectant la procédure ES, contacter le site transfusionnel de l’EFS ou le dépôt de délivrance.

Afin d’éviter une conservation des PSL dans le service, deux recommandations sont préconisées :

  • transfuser tout PSL au plus tard dans l es 6 H suivant sa réception,
  • fractionner les demandes en fonction des besoins du patient.

ETAPE 4 : LES MODALITES DE CONSERVATION DES PSL DANS L’UNITE DE SOINS ET QUANTITE A TRANSFUSER

  • LES MODALITES DE CONSERVATION DES PSL DANS L’UNITE DE SOINS
    • Les CGR : dans les six heures suivant leur réception dans l’unité de soins.
    • Le plasma frais congelé (PFC) : dans les six heures suivant leur réception dans l’unité de soins.
    • Les plaquettes : à transfuser immédiatement dès leur réception.
  • QUANTITE A TRANSFUSER
    • Transfusion de CGR :
      • Adultes : 1 CGR augmente l’Hb de 1 g.
      • Enfants : 3 à 4 ml/kg augmente l’Hb de 1 g.

Efficacité clinique.

  • Transfusion de PFC :
    • 10 à 15 ml/kg.
  • Efficacité : Arrêt des saignements, augmentation des facteurs de coagulation.

ETAPE 5 : LA REALISATION DE L’ACTE TRANSFUSIONNEL L’acte transfusionnel requiert une attention particulière sur :

  • LES PRINCIPES DE SECURITE Il convient de respecter :
    • L’unité de temps : contrôle simultané de l’identification du receveur et de la poche à transfuser,
    • L’unité de lieu : contrôle ultime en présence du patient,
    • L’unité de personne : réalisation de tous les contrôles par la même personne.
  • LA PREPARATION DE L’ACTE TRANSFUSIONNEL Nécessite :
    • De disposer de tous les documents :
      • La prescription,
      • La Fiche de Délivrance,
      • Les documents de groupage et du résultat de la RAI.
      • De prévoir le matériel à utiliser :
        • PSL à transfuser,
        • Dispositif de transfusion,
        • Dispositif de contrôle ultime pour les CGR
        • Et disponibilité d’un chariot d’urgence.
    • De préparer le patient :
      • Eviter de transfuser la nuit, o Vérifier que le patient est informé,
      • Noter les constantes cliniques (température, TA, le pouls et la conscience)
      • Et surtout+++ de s’assurer de la présence du médecin à proximité. Si le médecin doit s’absenter, il doit prévenir le médecin de garde.
  • LE CONTROLE ULTIME PRETRANSFUSIONNEL se fait en deux temps et au lit du malade :
    • Les bases réglementaires se définissent par :
      • la circulaire du 17 mai 1985 relative à la prévention des accidents transfusionnels,
      • la circulaire du 15 janvier 1992 relative au suivi de la sécurité transfusionnelle,
      • l’arrêté du 4 août 1994 relatif aux bonnes pratiques de distribution des PSL,
      • le décret du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et l’exercice de la profession d’infirmier
      • la circulaire du 15 décembre 2003 relative à l’acte transfusionnel.
    • Le contrôle de concordance
      • Vérification de l’identité du receveur :
        • Le malade décline son identité
        • Par procédure ES d’identification.
        • Concordance « identité receveur » sur :
          • Prescription des PSL, documents de groupage, Fiche de délivrance, étiquette de compatibilité (s’il y a lieu).
      • Concordance du groupe sanguin :
        • Sur le document de groupage
        • Sur la Fiche de délivrance
        • Sur l’étiquette du PSL.
      • Concordance d’identification des PSL :
        • Type de PSL
        • N° du PSL
        • Groupage
        • Qualification (ou la transformation s’il y a lieu)
        • Respect du protocole transfusionnel et la date de péremption.
    • Le contrôle de compatibilité (pour les CGR)
      • A partir du sang du patient et des globules à transfuser.
      • A l’aide d’un dispositif de contrôle ultime vérifié.
      • Selon les dispositions du protocole prévu au sein de l’ES.
      • Les résultats du contrôle doivent être notés sur le dispositif.
      • Si une anomalie ou un doute subsiste sur la concordance ou la compatibilité, ne pas transfuser et joindre le médecin responsable !!!
    • les erreurs possibles
      • a. des erreurs de manipulations :
        • trop de sang
        • trop de sérum physiologique
        • pas assez de sang
        • pas de sérum physiologique
        • sang déposé sur les sérums tests
        • utilisation d’eau distillée
        • confusion donneur/receveur
        • agitateur pas ou mal essuyé.
    • Les erreurs d’interprétation
      • présence de rouleaux d’hématies
      • confusion agglutination/sédimentationdes erreurs d’interprétation
      • confusion donneur/receveur
      • confusion antigène/anticorps.

REGLES DE COMPATIBILITES TRANSFUSIONNELLES

 

acte transfusionnel

acte transfusionnel

acte transfusionnel

  •  LA SURVEILLANCE DE LA TRANSFUSION ET CONSERVATION DU MATERIEL UTILISE
    • La surveillance doit êter:
      • continue pendant les 15 premières minutes ; ensuite, adaptée à l’état clinique du patient.
      • prolongée pendant la transfusion.
      • les constantes à surveiller : température, TA, pouls et la conscience.
    • La durée de conservation du matériel :
      • Il est nécessaire de conserver le matériel pour une durée minimum de 2 heures
      • La poche avec le dispositif de perfusion clampé
      • Le support de contrôle de compatibilité.

(Selon les procédures spécifiques à chaque établissement).

ETAPE 6 : LA TRACABILITE ET LA DOCUMENTATION

La traçabilité doit être notée dès le début de la transfusion. Les interruptions ou les non transfusions doivent être notées.

Pour documenter la transfusion, il convient de :

  • REMPLIR LA FICHE DE DELIVRANCE (FD)
    • 1 exemplaire à classer dans le dossier du patient,
    • 1 exemplaire à envoyer à l’ETS (ou au dépôt).
  • METTRE A JOUR LE DOSSIER TRANSFUSIONNEL

L’ensemble du dossier transfusionnel doit figurer dans le dossier médical du patient.

  • Documents indispensables à l’acte transfusionnel :
    • Documents de groupage et de phénotypage valides,
    • Résultats de la RAI avec historique chronologique des allo-anticorps,
    • Protocoles transfusionnels précisant les qualificatifs souhaités des PSL.
  • Documents relatifs aux transfusions antérieures :
    • Récapitulatif des épisodes transfusionnels avec :
      • Identification des PSL,
      • Prescriptions,
      • FD,
      • Enregistrement du dispositif du CULM sur le dossier transfusionnel,
      • Les fiches d’incidents éventuels.
  • Documents annexes :
    • Information concernant les examens biologiques (pré et post transfusionnels)
    • Antécédents de transfusion,
    • Antécédents immunologiques (grossesses, greffes.),
    • Eléments relatifs à l’information du patient,
    • La ou les fiches de surveillance de la transfusion.

ETAPE 7 : Conduite à tenir devant un effet indésirable receveur Vous constatez un incident : fièvre, frissons, toux, malaise, douleurs lombaires, éruption, gêne respiratoire, etc…

  • Arrêter la transfusion
  • Conserver la voie veineuse : avec une nouvelle tubulure, brancher un soluté (sérum salé à 9 %o) ;
  • Mesurer les constantes : pouls, tension artérielle, température, état général du patient, etc ;
  • Appeler le médecin le médecin prescripteur ou le médecin de garde.
  • Un médecin doit être disponible lors de la transfusion (procédure d’appel interne)
  • Mise en route, si besoin, d’une thérapie adaptée Prévenir l’établissement de transfusion sanguine.
  • Faire les prélèvements nécessaires (si besoin) selon procédure de l’es
  • Conserver les poches avec leur tubulure au réfrigérateur dans un contenant adapté, ainsi que les cartes de contrôle (CGR).
  • Prévenir le correspondant d’hémovigilance dans les 8 heures ou s’assurer qu’il sera contacté par une procédure interne.
  • Le correspondant d’hémovigilance (CHv) de l’ES génère la fiche d’effets indésirables receveur (informatiquement) ou sur papier et l’envoie au CHv de l’ETS avec copie au coordonnateur régional d’hémovigilance (CRH) et à l’Agence Française de Sécurité Sanitaires des Produits de Santé (AFSSaPS) dans le temps imparti.

Ref: www.hemovigilance-cncrh.fr

PDF
Generic selectors
Les expressions exactes
Recherche dans les titres
Recherche dans le contenbu
Recherche dans les articles
Recherche dans les pages