Évaluation de la douleur

Pour commencer l’ évaluation de la douleur, doit être entreprise dès le début de la prise en charge du patient et après avoir mis en œuvre les mesures non médicamenteuses comme l’informa­tion, l’immobilisation, la prévention de l’hypothermie, ainsi que la réalisation d’une cryothérapie, si nécessaire.

Aussi il faut réévaluer l’intensité de la douleur pour apprécier l’efficacité des thérapeutiques et utiliser des échelles d’autoévaluation chez l’adulte communicant.

Évaluation de la douleur avec l’échelle visuelle analogique (EVA)

L’EVA se présente sous la forme d’une réglette en plastique de 10 cm graduée en mm, qui peut être présentée au patient horizontalement ou verticalement.Sur la face présentée au patient, se trouve un curseur qu’il mobilise le long d’une ligne droite dont l’une des extrémités correspond à “Absence de douleur”, et l’autre à “Douleur maximale imaginable”.

Le patient doit, le long de cette ligne, positionner le curseur à l’endroit qui situe le mieux sa douleur

Sur l’autre face, se trouvent des graduations millimétrées vues seulement par le soignant. La position du curseur mobilisé par le patient permet de lire l’intensité de la douleur, qui est mesurée en mm.

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur avec l’échelle numérique (EN)

  • D’abord Dans sa forme orale, le soignant demande au patient de quantifier sa douleur sur une échelle virtuelle allant de 0 (“Douleur absente”), à 10 (“Douleur maximale
    imaginable”).
  • Ensuite dans sa forme écrite, l’EN comprend 11 chiffres alignés verticalement ou horizontalement, compris entre 0 (“Douleur absente”), et 10 (“Douleur maximale
    imaginable”). Elle est présentée au patient, qui entoure ou désigne le chiffre correspondant à l’intensité de sa douleur;

Évaluation de la douleur

l’échelle verbale simple à cinq niveaux

Lorsque les deux échelles précédentes ne sont pas réalisables, les experts proposent

  • 0 – pas de douleur
  • 1 – Faible
  • 2 – Modérée
  • 3 – Intense
  • 4 – Extrêmement intense

Si l’autoévaluation n’est pas réalisable, une hétéro-évaluation est alors nécessaire.

Des échelles pour les personnes âgées.

En revanche, il n’existe pas d’échelle d’ évaluation de la douleur validée chez l’adulte non communicant.

  • echelle ecpa echelle ecpa pdf
  • echelle algoplus echelle algoplus pdf

Douleur neuropathique

Utiliser le questionnaire DN4 questionnaire DN4 pdf

Evaluer le niveau de sédation

Les experts proposent ainsi l’utilisation d’un score de sédation adapté à la médecine d’urgence comme

le score de Ramsay,

DescriptionNiveau
Patient anxieux ou agité1
Patient coopérant, orienté et calme2
Patient répondant aux ordres3
Patient endormi mais avec une réponse nette à la stimulation de la glabelle ou à un bruit intense4
Patient endormi répondant faiblement aux stimulations ci-dessus5
Pas de réponse6

l’EDS

Echelle de sédation EDSNiveau
Pas de sédation, patient bien éveilléS0
Patient somnolent, stimulable verbalementS1
Patient somnolent, stimulable tactilementS2
Patient non réveillable, comateuxS3

le score d’ATICE.

echelle-atice

En conclusion, les objectifs thérapeutiques recommandés sont :

  • une EVA inférieure ou égale à 30 mm
    • ou une EN infé­rieure ou égale à 3,
  • avec un score de sédation Ramsay égal à 2
    • ou un score EDS inférieur à 2,
    • ou un score d’ATICE supérieur ou égal à 4.
PDF
Generic selectors
Les expressions exactes
Recherche dans les titres
Recherche dans le contenbu
Recherche dans les articles
Recherche dans les pages