Rétention aigue d’urine

Rétention aigue d’urine

2 novembre 2017 Non Par Médecine d'urgence

La rétention aigue d’urine est l’Impossibilité totale et soudaine d’uriner.

Clinique

Tout d’abord l’envie impérieuse et très douloureuse d’uriner.

Ensuite l’examen retrouve un globe vésical (voussure hypogastrique, convexe, mate, tendue, palpation douloureuse et exacerbe l’envie d’uriner). Si doute diagnostique (sujet obèse, âgé) une confirmation par échographie est possible.

Enfin le TR précise s’il existe :

  • volume prostatique, HBP ;
  • consistance de la prostate, cancer ;
  • douleur élective, prostatite ;
  • rechercher un fécalome.

Enquête étiologique

En premier lieu l’interrogatoire, puis l’examen clinique, et les données échographiques préalables.

Examens biologiques :

  • BU systématique
  • ECBU
  • Ionogramme sanguin avec fonction rénale
  • Hémostase si cathétérisme sus-pubien envisagé
  • Jamais de dosage de PSA en urgence

Mécanismes

S’agit-il d’un obstacle ou d’une insuffisance de contraction du détrusor.

Étiologies

  • Tout d’abord le Fécalome, hypertrophie prostatique
  • Sténose urétrale, calcul urétral, trauma bassin, compression pelvienne
  • Iatrogène, anticholinergique, psychotrope, antispasmodique, tricyclique, I Ca
  • Neurologique, SEP, syndrome de la queue de cheval

Retentissement

Sur le haut appareil => écho rénale et vésicale

Gravité s’il existe une infection associée

  • RAU fébrile
  • Infection urinaire
  • Prostatite chez l’homme

Particularités cliniques

  • Bien sur il faut y penser chez le sujet âgé en cas de confusion, ou alors d’agitation.
  • Chez la femme, elle est ainsi souvent associée à une infection urinaire ou une tumeur pelvienne.
  • IR chez sujet âgé.

Prise en charge

Sondage urinaire en première intention

  • Sonder dans des strictes conditions d’asepsie et de stérilité.
  • Maintenir un système clos : interdiction de déconnecter la sonde vésicale du système de drainage.
  • Utiliser des sondes à double courant si une irrigation est nécessaire (hématurie).
  • Instaurer un drainage vésical déclive en permanence pour éviter toute stase urinaire.
  • Prélever de manière rigoureusement aseptique les urines pour examen cytobactériologique.
  • Éviter les sondes de petit calibre en première intention,  une sonde de Foley Ch 18. Si échec : tentative de sondage vésical par l’interne ou le médecin sénior des urgences en préférant :
    • Une sonde béquillée siliconée Ch 18 si suspicion d’Hypertrophie Bénigne de Prostate 
    • Une sonde de Foley Ch 12 ou 14 si suspicion de sténose urétrale
  • Ne pas utiliser de sérum physiologique pour gonfler le ballonnet, le chlorure de sodium peut cristalliser et empêcher par la suite le dégonflage du ballonnet.
  • Veiller à recalotter le malade en fin de geste (risque de paraphimosis).

Décret n°2004-802 du 29 juillet 2004 relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier

Article R. 4311-7
L’infirmier ou l’infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d’une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d’un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin :

  • Article 15 : Pose de sondes vésicales en vue de prélèvement d’urines, de lavage, d’instillation, d’irrigation ou de drainage de la vessie, sous réserve des dispositions du troisième alinéa de l’article R. 4311-10 ;

Article R. 4311-10
L’infirmier ou l’infirmière participe à la mise en oeuvre par le médecin des techniques suivantes :

  • Article 2 : Premier sondage vésical chez l’homme en cas de rétention

Contre-indications du sondage vésical

  • sténose urétrale ;
  • traumatisme de l’urètre, notamment en cas de polytraumatisme (fracture du bassin) ;
  • prostatite aiguë.

KTSP

En cas de sténose de l’urètre ou de traumatisme,  si précédent difficile ou impossible en l’absence de contre-indication  troubles hémostases, caillotage vésical, tumeur de vessie.

Les avantages sont les suivants :

  • pas de risque de fausses routes urétrales
  • épreuve de clampage possible pour juger de la reprise mictionnelle
  • moins de complications locales au long cours
  • bon système de drainage à moyen terme

Pose d’un cathéter sus pubien

Surveillance après évacuation

  • En premier noter précisément le volume contenu dans la vessie (bon pronostic si inférieur à 900 cc)
  • Surveiller la diurèse horaire
  • Prévenir le syndrome de levé d’obstacle, réhydratation pour compenser les pertes
  • débuter chez l’homme un traitement par alphabloquant

Ordonnances de sortie si sondage

Prescription IDE

Faire pratiquer par une IDE à domicile :

  1. Soins de sonde antiseptiques 2 fois par semaine pendant 15 jours
  2. Changement de poche de jambe 1 fois par semaine pendant 15 jours
  3. Apprentissage adaptation collecteur d’urine vidangeable 2L sur poche de jambe pour la nuit

Prescription Pharmacie

  1. Collecteur d’urines vidangeable 2L 1/ j pendant 15 jours pour la nuit
  2. Poche de jambe 500cc avec attaches 1/semaine pendant 15 jours
  3. Compresses stériles 1 boite de 50
  4. DAKIN 250 mL 1 flacon
  5. XATRAL 10 mg LP 1 cp par jour pendant 1 mois

Prescription Laboratoire

Dosage de PSA total sérique dans 10 jours

Prescription Echographie

Faire réaliser une échographie réno-vésico-prostatique avec :

  • Recherche de dilatation du haut appareil
  • Mesure du volume prostatique par voie endorectale

Réf :

PDF